Cancers du Foie et des Voies Biliaires

Le foie est un organe vital qui possède de nombreuses fonctions. Il fabrique la bile, filtre le sang, stocke le glucose et produit des substances indispensables au maintien de l’équilibre dans l’organisme.

La chirurgie du foie englobe tous les actes chirurgicaux pratiqués sur le foie.

L’hépatectomie est un terme désignant le geste consistant à en enlever une partie plus ou moins importante du foie.

Il est possible de retirer jusqu’à 80% du volume total du foie. Cette intervention est possible car le foie est le seul organe capable de repousser ou de régénérer. Le foie est un organe indispensable à l’organisme.

L’hépatectomie n’est effectuée que si les examens indiquent que le tissu hépatique qui restera après la chirurgie sera en assez bonne santé pour fonctionner normalement.
Les raisons d’avoir recours à une chirurgie du foie ou chirurgie hépatique sont généralement des tumeurs qui peuvent être bénignes (kyste, adénome, angiome) ou malignes (primitifs ou métastases).

Types de tumeurs

Le cancer du foie le  plus fréquent est le carcinome hépatocellulaire ou hépatocarcinome. Il se développe à partir des cellules spécialisées du foie, les hépatocytes.

Le carcinome hépatocellulaire survient le plus souvent au cours de l’évolution d’une maladie chronique du foie comme une cirrhose ou une hépatite B ou C. Dans de rares cas, il se développe sur un foie sain.

Ils existent des formes plus rares de cancer du foie telles que le cholangiocarcinome ainsi que les métastases touchant le foie mais issues d’un autre organe.

Traitement

La chirurgie reste souvent le traitement principal des tumeurs du foie.

En cas de cirrhose et lorsque le foie, à cause de la maladie de base, ne peut plus fonctionner normalement, le traitement de référence est la greffe de foie mais l’hépatectomie peut, comme même, être nécessaire pour contrôler la maladie en attendant la greffe d’organe ou en cas de contre-indications à la transplantation.

La destruction tumorale percutanée par radiofréquence est une alternative à la chirurgie, dans de cas sélectionné, selon la taille et la localisation de la tumeur dans le foie. Cette technique utilise la chaleur pour détruire la tumeur en passant à travers la peau.

En cas de cancer des voies biliaires (cholangiocarcinome) externes au foie les actes chirurgicaux pratiqués sont la résection partielle de la voie biliaire principale (ou cholédoque), isolée ou, le plus souvent, associée à une hépatectomie et/ou à une résection partielle de la tête du pancréas.

Dans le cancer de la vésicule biliaire, une résection hépatique associée à l’ablation de la vésicule biliaire, est souvent nécessaire.

L’indication de cette chirurgie dans le cadre d’une pathologie tumorale, fait l’objet d’une discussion multidisciplinaire au cours de réunions entre praticiens de spécialités différentes (radiologue, oncologue, chirurgien, hépatologue).

L’hépatectomie se déroule toujours sous anesthésie générale.

La technique la plus employée en chirurgie du foie est la résection partielle du foie. Cela consiste à enlever chirurgicalement les parties nécrosées du foie ainsi que les éventuelles tumeurs primaires et métastases. Grâce à ses capacités de régénération, il est possible au besoin d’enlever une grande partie l’organe sans mettre en danger la vie du patient.

Les hépatectomies peuvent être effectuées :

  • soit par ouverture directe de la cavité abdominale, sous contrôle visuel et manuel direct, on parle alors d'hépatectomie par laparotomie,
  • soit par le biais du contrôle vidéo, avec des instruments longs qui seront introduits dans la cavité abdominale par des petites incisions, à travers des trocarts : il s'agit en ce cas d'une hépatectomie par cœlioscopie ou laparoscopie.

Toutes les hépatectomies ne peuvent pas être réalisées par cœlioscopie, surtout quand les tumeurs sont situées à la partie postérieure et haute du foie et quand le contact avec les structures vasculaires est intime.

Pour toutes les hépatectomies les arguments pour et contre la laparotomie et la cœlioscopie sont discutés et la méthode la mieux adapté est choisie.

La chirurgie hépatique est une chirurgie très technique devant être réalisée par des chirurgiens experts mais le taux de complications (morbidité) aujourd’hui, est bas et les complications graves, nécessitent une réintervention, ne concernent que 5% des patients.